Les députés refusent de prendre leurs responsabilités sur l’ouverture de la procréation médicalement assistées aux couples de femmes.

13 juin 2011 Communiqués de Presse, Les combats, Procéation médicalement assistée

Débat à l’assemblée nationale :
Les députés refusent de prendre leurs responsabilités sur l’ouverture de la procréation
médicalement assistées aux couples de femmes.

COMMUNIQUE DE PRESSE
Le samedi 25 mai 2011
Rassemblement devant l’Assemblée Nationale le 24 mai 2011

Le 7 avril dernier, les sénateurs adoptaient un amendement proposé par le PS/Verts ouvrant l’Assistance Médicale à la Procréation «à tous les couples», levant ainsi les restrictions d’accès, qui conduisent, depuis de nombreuses années, les couples de femmes à se rendre dans les pays voisins ayant légalisés.

Le 25 mai les députés en ont décidé autrement.
Les couples de femmes continueront à passer les frontières… Elles continueront ces parcours parfois longs et coûteux… souvent épuisant moralement.

Le 25 mai les députés ont refusé que notre société évolue.
Alors que nous savons aujourd’hui, que ce qui fait famille n’est plus seulement un père et une mère, que les enfants de familles homoparentales se construisent et s’intègrent parfaitement dans notre société, le législateur se devait de rétablir l’égalité entre tous les couples, sans exception, quant aux modes d’accès à la parentalité et parenté.

Les arguments avancés, opposant l’« infertilité médicale » à l’« infertilité sociale », mis en avant par certains députés ne sont que leurres et hypocrisies. Les techniques de procréation médicalement assistées ne guérissent pas. Elles pallient seulement une stérilité qui, de plus, est parfois inexpliquée médicalement. Le caractère médical, au sens propre du terme, n’est donc pas toujours ce qui permet à un couple d’accéder, en France, à la procréation médicalement assistée.
Comment donc comprendre les restrictions actuelles pour les couples de femmes si l’infertilité médicale n’est pas, dans les faits, le seul critère d’accès ? Quel contexte faudra-t-il attendre pour qu’enfin le législateur mette fin aux discriminations* ?

Ce qui aurait pu être un premier pas vers la reconnaissance d’une réalité sociale existant dans notre pays disparaît donc, à peine ébauché.

Nous, les Enfants d’Arc en Ciel, déplorons cette décision qui non seulement nie un état de fait, mais plus encore inquiète.
Les familles homoparentales ne sont pas un concept. Elles existent bel et bien. Près de 250 000 enfants** vivent aujourd’hui avec au moins un des deux parents homosexuel.
Il devient urgent que le législateur s’empare de cette question et reconnaisse enfin juridiquement ces familles et futures familles, ne serait ce que dans l’intérêt de l’enfant.

*« Le rapporteur Jean Léonetti s’est déclaré favorable à « débattre de l’homoparentalité » mais « dans un autre contexte » » Source AFP
** Source APGL

Nathalie Mestre                                       A.R.
Présidente                                                   Vice-présidente
06 74 93 24 56                                             06 13 54 33 86
presidence@enfants-arcenciel.org      vice-presidence@enfants-arcenciel.org

 

 


Restez informé(e)