CP – Manifeste des 343 « fraudeuses »

En 1971 et en 2014, 343 femmes dévoilent leur identité afin d’obtenir des droits pour toutes !

Aujourd’hui, Libération publie le manifeste des 343 « fraudeuses » en référence à la publication en 1971 du manifeste de 343 femmes qui demandaient l’accès à l’avortement et qui avaient été qualifiées de « salopes ».
Les Enfants d’Arc en Ciel – L’asso ! soutient le manifeste des 343 « fraudeuses » car c’est ainsi que nous qualifient certains magistrats.

Plus de 400 femmes ont signé nominativement ce manifeste. Elles, et leurs nombreux soutiens, réclament l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Les parcours de Procréation Médicalement Assistée peuvent être longs et éprouvants pour tous, hétérosexuels comme homosexuels, mais comme à l’époque du manifeste pour l’avortement, les femmes qui n’y ont pas accès doivent en plus agir dans la clandestinité, ce qui les fragilise encore plus. Celles qui en ont les moyens financiers peuvent tenter une PMA à l’étranger, alors que les autres sont contraintes de mener leur projet parental dans des conditions sanitaires qui relèvent souvent de la mise en danger des femmes et des enfants.

Ces femmes, et leurs nombreux soutiens, réclament que la loi ouvrant l’adoption aux couples de même sexe, et notamment l’adoption intra-familiale, soit appliquée partout en France

Certains magistrats s’opposent à l’adoption par l’autre maman sous prétexte que les femmes ont eu recours à la Procréation Médicalement Assistée alors que celle ont eu recours à la Procréation Médicalement Assistée alors que celle-ci n’est pas interdite en France, qu’elles ont circulé librement en Europe et ont respecté la loi du pays où elles se trouvaient et que par ailleurs l’intention du législateur de permettre ces adoptions était limpide.

A la demande du Parquet, certaines familles sont soumises à des enquêtes de polices inquisitrices dans un mépris total de leur vie privée, cela est intolérable.

La priorité doit être l’intérêt de l’enfant, sa protection par un lien indéfectible avec tous ses parents, et aucun enfant ne doit être discriminé en raison de son mode de conception.

Nous n’avons eu de cesse de le répéter, il existe une inégalité flagrante entre les enfants des familles homoparentales et ceux des familles hétéroparentales. D’autres réformes du droit de la famille sont indispensables pour venir à bout de ces inégalités. Pour tous les enfants de la République, la filiation doit être possible dès la naissance, par reconnaissance volontaire et ce, quel que soit le statut matrimonial de leurs parents

Nous, Les Enfants d’Arc en Ciel, saluons cette initiative d’un couple de femmes, révolté par la lecture de témoignages d’autres familles, et qui a réussi à mobiliser en quelques jours de nombreux soutiens.

Des femmes, des hommes, quelle que soit leur orientation sexuelle, qui représentent la majorité des citoyens, silencieux mais prêts pour des évolutions législatives.

Lire l’article « Nous réclamons l’ouverture de la PMA à toutes les femmes sans discriminations » sur libération

L’injustice perdure, et la Justice s’en fait l’interprète !

Par jugement en date du mardi 29 avril 2014, le Tribunal de Grande Instance de Versailles vient de rendre le premier jugement en France refusant l’adoption de l’enfant du conjoint dans une famille homoparentale au motif que cet enfant « a été conçu par le biais d’un protocole de procréation médicalement assistée en Belgique ».

Ce tribunal a estimé « Que le procédé qui consiste à bénéficier à l’étranger d’une assistance médicale à la procréation interdite en France, puis à demander l’adoption de l’enfant, conçu conformément à la loi étrangère mais en violation de la loi française, constitue une fraude à celle-ci et interdit donc l’adoption de l’enfant illégalement conçu ».

Nous n’avons eu de cesse de le répéter, les évolutions législatives de 2013 sont insuffisantes.
En France tous les enfants n’ont pas la même protection filiative. Ceux des familles homoparentales ne sont pas protégés dès leur naissance par leurs deux parents.
L’adoption de l’enfant du conjoint est un mode d’établissement judiciarisé de la filiation et dépend donc de l’arbitraire judiciaire.

Ce jugement démontre, de manière criante et violente, l’inégalité qui persiste entre les enfants des familles homoparentales et les enfants des familles hétéroparentales.

Félicitations M. le Président, M le Premier Ministre, Me la Ministre déléguée à la famille, Me la Ministre de la justice.
Aujourd’hui, Martin 4 ans s’est vu refuser son adoption par sa maman non-statutaire au TGI de Versailles.
Votre loi n’est qu’un trompe l’œil. Votre loi est celle de l’arbitraire. Une loi qui met au ban de la société des enfants. Une loi qui met en exergue que certaines familles valent mieux que d’autres.

Votre refus d’avancer sur la loi famille, la filiation et la Procréation Médicalement Assistée n’est que la marque du mépris pour cet enfant.
Aujourd’hui, il ne reste plus à Martin, malgré le mariage forcé de ses parents, que l’espérance que les aléas de la vie ne le séparent pas de ses mamans parce que ce si beau pays dans lequel il vit refuse de le considérer et de le protéger.

Maintenant, faudra-t-il attendre le décès de sa mère de naissance et que l’enfant soit séparé de sa seconde mère pour que vous réagissiez ? Ou que votre déni de cette réalité affecte des centaines d’autres enfants ?

Paris, le 30 avril 2014
(Communiqué de Presse)

Communiqué de Presse, 9 avril

Enfin des propositions concrètes, bien qu’incomplètes, pour tenter de protéger tous les enfants !

L’association Les Enfants d’Arc-En-Ciel remercie les membres du groupe de travail « Filiation, Origines, Parentalité », présidé par Irène Théry, pour leur écoute et salue à la fois la publication et le contenu de leur rapport.
Nous estimons que ce rapport traduit une démarche consensuelle qui permet toutefois de répondre à la plupart des problématiques réelles soulevées par notre association. Il est cohérent avec une majorité de nos propositions qui, comme ce rapport, sont centrées sur les droits de l’enfant et particulièrement l’égalité entre tous les enfants.

Toutefois, nous déplorons l’occasion manquée de répondre à certaines problématiques.
Nous citerons particulièrement la filiation des enfants dont les parents de même sexe sont déjà séparés, l’ouverture de l’Aide Médicale à la Procréation à toutes les femmes, et la parenté des personnes Trans. Il nous semble que des propositions relatives aux modes d’établissement de la filiation par reconnaissance volontaire et par possession d’état y auraient eu toute leur place : un angle envisageant la filiation par engagement pour toutes et tous aurait peut-être permis cette inclusion.

Enfin, il s’agit d’un rapport de grande qualité construit par des experts (sociologues, juristes, etc.), dont la mise en œuvre pourrait répondre à des problématiques concrètes incarnées dans les réalités de vie de nombreux enfants. L’intérêt supérieur de ces enfants, nés ou à naître, commande de ne pas privilégier le statu quo.
Nous en appelons donc à la responsabilité du législateur afin que ces propositions, et les manques que nous venons de souligner, soient autant de pistes de réflexion, et se traduisent rapidement en droits pour ces enfants.

Paris,
Le 9 avril 2014

Première adoption plénière en France par un second parent de même sexe

Les Enfants d’Arc-en-Ciel – l’asso ! a la joie de vous annoncer la naissance de l’homoparenté !

L’homoparentalité existe depuis de nombreuses années, deux mamans ou deux papas élevaient déjà au quotidien leurs enfants sans toutefois de reconnaissance légale des deux liens de parenté. Nous avons la joie de vous annoncer aujourd’hui la naissance de l’homoparenté, lien de filiation qui unit un enfant exclusivement à deux mères ou deux pères :
En effet, le Tribunal de Grande Instance de Lille a prononcé hier l’adoption plénière de deux petites filles par leur mère non statutaire. Ces enfants ont donc enfin légalement deux mères !
Cette double filiation maternelle exclusive constitue sans conteste une sécurisation irrévocable de leur famille, et nous nous réjouissons de cet évènement historique.
Nous ne pouvons cependant que regretter que pendant respectivement 9 et 11 ans, ces deux enfants n’aient pas été protégées par la filiation avec leurs deux parents. Nous regrettons également le fait que si ce couple devait avoir un autre enfant, il leur faudrait subir une nouvelle procédure d’adoption. On est encore bien loin de l’égalité promise.

Le mariage était auparavant impossible, il est aujourd’hui une condition à l’homoparenté !

Les autres modes d’établissement de la filiation n’étant toujours pas ouverts aux couples de même sexe, ceux-ci sont dans l’obligation de se marier afin que le parent non statutaire puisse débuter une démarche d’adoption plénière de l’enfant de son conjoint, c’est-à-dire dans le cas d’une famille homoparentale adopter son propre enfant !
La procédure d’adoption relevant d’un jugement et de la notion d’intérêt de l’enfant, les familles homoparentales craignent désormais un traitement aussi aléatoire et inégalitaire que pour les demandes de délégation d’autorité parentale. Nous constatons déjà des différences dans le contenu des requêtes demandé par les TGI, et le fait que ces dossiers ne sont pas prioritaires a même été évoqué ! Nous serons donc vigilants sur une stricte application sur tout le territoire et dans les mêmes conditions du droit à l’adoption de l’enfant du conjoint.

Des enfants toujours privés de la protection d’un de leurs parents

L’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe est un réel progrès social pour l’ensemble de la population française, car elle implique la reconnaissance des familles homoparentales comme modèle légal.
Désormais, à condition que leurs parents soient mariés, les enfants issus de familles homoparentales ont enfin l’espoir de pouvoir obtenir la protection d’une double filiation.
Mais comment comprendre que des enfants, parce que leurs parents sont homosexuels, doivent espérer que la vie ne leur réserve pas de mauvaises surprises (séparation, décès) avant que la procédure d’adoption n’aboutisse ? Comment comprendre que les enfants d’un couple désormais séparé ne puissent être protégés de la même manière par leurs deux parents ?
Pour nos familles, pour nos enfants, cela ne peut être recevable. Il n’est tout simplement pas possible de laisser la loi en l’état envisageant uniquement une filiation adoptive dans le cadre du mariage.
L’établissement de la filiation dès la naissance sur la base de l’engagement parental, indépendamment du sexe des parents et de leur statut matrimonial, est indispensable à la protection de tous les enfants.

Les réformes successives de la filiation ont permis d’égaliser les droits des enfants que leurs parents soient mariés ou non, puis, qu’ils soient unis ou séparés, il est temps de s’atteler à égaliser les droits des enfants que leurs parents soient de même sexe ou non !

Communiqué de Presse.
Nathalie Allain-Djerrah

OUI ! Un papa/une maman ne devra plus en cacher un-e autre

OUI ! Un papa/une maman ne devra plus en cacher un-e autre

Communiqué de presse

Paris le 17 mai 2013

OUI ! Un papa/une maman ne devra plus en cacher un-e autre

 

Aujourd’hui, vendredi 17 mai 2013, Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, le Conseil Constitutionnel a rendu un avis favorable au sujet de la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de personnes de même sexe.  Les Enfants d’Arc En Ciel – L’Asso ! ne peut que se féliciter de cette décision.

C’est un OUI à la reconnaissance de tous les couples, sans distinction, qui s’exprime ainsi. Un OUI à la Famille au sens pluriel et à la reconnaissance de sa diversité.

En ce jour, Les Enfants d’Arc en ciel – L’Asso ! pense à tous ces enfants qui marcheront vers la salle des mariages, la main dans la main de leurs parents, et avanceront ainsi vers l’égalité des droits… Les familles homoparentales vivaient dans l’angoisse des aléas de la vie, elles ont vécu ces derniers temps dans la peur, elles vivront désormais avec l’espoir d’une réelle protection juridique pour leurs enfants…

Le mariage concrétisera l’alliance de deux êtres, mais également, l’indéfectible entité familiale…

 

Aujourd’hui une étape importante est franchie. Et, pour qu’aucun parent ne puisse plus en cacher un autre, Les Enfants d’Arc En Ciel – L’Asso ! rappelle au législateur que l’Egalité des droits entre tous et toutes ne saurait cependant passer uniquement à travers le prisme du mariage et de l’adoption.

Les enfants des familles homoparentales ont besoin d’être protégés par un lien de filiation avec leurs deux parents dès leur naissance mais également hors mariage. De même, des solutions doivent être envisagées pour les enfants des familles homoparentales séparées.

La prise en compte des choix et engagements parentaux ne saurait, par ailleurs, être ignorée : toutes les femmes devraient pouvoir fonder leur famille en toute sérénité grâce à la Procréation Médicalement Assistée en France.


Un vote historique : Les droits humains n’ont pas quitté la France

Un vote historique : Les droits humains n’ont pas quitté la France

Communiqué de presse

Paris le 24 avril 2013

Un vote historique : Les droits humains n’ont pas quitté la France

Les Enfants d’Arc-en-Ciel – l’Asso ! tient à saluer l’avancée historique accomplie hier, mardi 23 avril 2013, à l’Assemblée Nationale.

L’adoption de la loi « mariage ouvert aux couples de même sexe » marque un engagement très fort d’une France des Droits Humains.

Quatorze ans après le PACS, la France rejoint enfin les 14 autres pays qui ont choisi de mettre fin à une inégalité en droit contre laquelle tant de personnes se sont battues depuis des décennies.

Une réponse à l’homophobie

Dans le contexte d’aujourd’hui, ce vote, très largement majoritaire, est la meilleure réponse à l’homophobie qui s’est étalée sans complexe ces derniers mois et à la tentative vaine de faire croire à une pensée majoritaire homophobe.

Ce vote répond à ces manifestants dits de la « manif pour tous » qui se mettent à aboyer quand ils rencontrent des manifestants en faveur de la loi.

Il répond à cet enfant de 5 ans qui s’adresse à une autre de 3 ans en lui disant « deux mamans, c’est pas bien, tes mamans on les tue ».

Il dit non à cette violence verbale et physique vue et entendue jusque sur les bancs des Assemblées : des « enfants playmobils » aux expérimentations sur les souris, des conséquences des mariages qui « vont engendrer des flux d’immigration sans précédent » aux enfants en soldes, de l’adoption contre-nature aux enfants « remèdes ».

Une France fière de ses citoyens égaux en droit

Ce vote confirme avec fierté que tous les citoyens sont égaux en droits. Il inscrit dans la loi que chacun d’entre eux a le choix de se marier ou non, de fonder une famille ou non. Il rappelle que quelle que soit la composition de leur famille, la façon dont ils sont venus au monde, tous les enfants doivent être et demeurer égaux.

Car durant ces derniers mois ce sont bien toutes les familles qui ont été insultées. L’obsession d’une filiation biologique présentée comme supérieure a également profondément blessé les familles monoparentales, adoptives et celles qui ont eu recours à la Procréation Médicalement Assistée.

 

Aujourd’hui, Les Enfants d’Arc En Ciel – L’Asso ! remercie tous ceux, militants, députés, sénateurs et ministres qui se sont engagés à nos côtés et qui ont eu la force et le courage d’effectuer ce premier pas vers l’Egalité !

CP des EAC-l’asso : Nous témoignons !

Paris, le 30 janvier 2013

Nos familles ne sont pas des concepts !
Nous témoignons !


Moment historique lors de l’ouverture des débats sur le projet de loi visant à ouvrir le mariage et l’adoption aux couples de même sexe à l’Assemblée Nationale hier, mardi 29 janvier 2013 : Le gouvernement réaffirme sa détermination et son engagement.

Pourtant, déjà, des propos ambigus et en dehors de toute réalité se font entendre : vision biologisante de la famille, allusion à demi-mot à la polygamie, prétendue absence de débat, …

Ces propos, nous les avons entendus et réentendus ces derniers mois, de la part des opposants à l’Egalité. Car oui, il s’agit bien de cela : du refus de l’ÉGALITÉ, et de fait aucun argument ne saurait être justifiable et recevable, en dépit d’un discours qui tente d’être politiquement correct, et qui finalement ne fait qu’attiser la haine.

Depuis cet été, la parole ne cesse de se décomplexer. L’homophobie ne se dissimule plus.

Elle se revendique ici et là : dans les médias, dans la rue et parfois jusque dans l’entourage proche et les écoles de nos enfants.
Comment, au pays des Droits de l’Homme, un tel dénigrement est-il possible ?
Comment ne pas entendre les souffrances qu’engendre un débat qui n’en est plus un ?

Parce qu’il existe des vies réelles derrière les discours, parce que les familles homoparentales ne sont pas des concepts Les Enfants d’Arc En Ciel – L’Asso ! leur donne la parole.

Des familles, des proches… français ou étrangers témoignent de leurs réalités de vie, mettant en exergue un vide juridique insoutenable.
C’est avec des mots simples, justes, que tous dévoilent leurs difficultés en l’absence de loi.
Les répercussions sur le plan médical, familial, et professionnel et psychologique attestent de l’urgence à
légiférer.

Ils démontrent que non seulement la loi se doit d’ouvrir le mariage et l’adoption aux couples de même sexe, mais aussi qu’un véritable lien de filiation entre les parents et leurs enfants doit être possible dès leur naissance.
Ils démontrent qu’il n’est plus possible de laisser à l’abandon les femmes ayant recours à une Procréation Médicalement Assistée à l’étranger : la PMA doit leur être ouverte en France.
Enfin, et surtout, ils sont l’expression de la volonté d’hommes et de femmes, homosexuels comme hétérosexuels, de construire une société plus juste, égalitaire et solidaire !

Aujourd’hui, les Enfants d’Arc En Ciel – L’Asso ! témoigne sur le blog Lesenfantsarcenciel.wordpress.com.

Aujourd’hui, nous mettons, par courrier, à la disposition des députés des extraits significatifs des témoignages que nous avons reçus et les invitons, en s’appuyant sur chacune de ces réalités de vie, à s’inscrire dans la marche de l’Histoire pour le progrès des Droits Humains !

CP- Mais quelle société voulez-vous vraiment pour demain ?

Mais quelle société voulez-vous vraiment pour demain ?

Communiqué de presse

Paris le 07 janvier 2013

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Mesdames et Messieurs les Députés et Sénateurs,

Mesdames et Messieurs les Citoyens,

 

Mais quelle société voulez-vous vraiment pour demain ?

 

En quelques mois, la promesse d’une Grande Loi sur l’Egalité pour le printemps 2013, s’est réduite à une peau de chagrin, à des allers et retours dignes d’épisodes d’une mauvaise série B et, plus sûrement – malheureusement –, à un véritable cauchemar pour les familles, enfants et personnes concernées.

Désormais, plus question d’une unique Grande Loi : Jean Marc Ayrault a annoncé le 3 janvier la présentation, en mars, en Conseil des ministres, d’un second projet de loi sur la famille visant à permettre « la reconnaissance de la diversité des modèles familiaux ».

 

Parce que l’homosexualité a été dépénalisée en 1982, dépsychiatrisée en 1990,

Parce que nos enfants vont bien – merci –, qu’ils aient été conçus « sous la couette », par Procréation Médicalement Assistée ou aient été adoptés,

Parce qu’être parent, ce n’est pas forcément de la biologie, que l’on soit hétéro ou homo,

Parce qu’être une famille composée d’un homme ET d’une femme n’a jamais garanti le bien-être d’un enfant,

Aujourd’hui, NON, vraiment, NON, TROP c’est TROP !

 

Avant de faire apparaître, disparaître puis réapparaître, les questions de filiation, de PMA… dans le projet de loi initial, posez-vous la question des conséquences sur les familles, les personnes, les enfants !

Beaucoup d’entre nous n’avaient jamais, jusqu’à présent, vécu d’homophobie…

Aujourd’hui, l’ultra-visibilité des opposants, leurs mensonges non démentis officiellement, le manque d’une condamnation ferme et forte ou des interventions trop tardives, de la part de tous, accentuent l’homophobie.

Nos enfants, nos familles le vivent au quotidien : pas de trêve des confiseurs, les fêtes de fin d’année se sont transformées en tribunaux de l’inquisition !

 

La Procréation Médicalement Assistée ouverte à toutes les femmes n’est pas une option, la protection des enfants par l’établissement de la filiation hors adoption non plus !

 

Pour le bien-être de tous,

Pour les droits humains,

Pour les familles homoparentales comme hétéroparentales,

Il est de notre devoir à tous de faire cesser un mensonge juridique fondé non seulement sur la biologie, mais aussi sur l’acte sexuel, et de rétablir l’Egalité entre toutes les personnes !

Car, au passage, ce ne sont pas seulement les homosexuels qui sont insultés, discriminés…, ce sont toutes ces familles adoptantes, monoparentales, recomposées et ayant eu des enfants par Procréation Médicalement Assistée…

 

Il est de notre devoir de faire entendre que nous ne voulons pas d’un pays qui légitime les discriminations et l’homophobie.

Il est de votre devoir de légiférer, dès à présent, dans le respect de tous, tant sur l’accès à la parentalité que sur la parenté, pour que toutes les familles, tous les enfants, tous les couples trouvent leur place dans notre société.

 

Aujourd’hui, vous avez la possibilité de faire avancer une société toute entière. Aujourd’hui… et non lors d’une seconde loi aux contours étrangement flous et lors d’un hypothétique lendemain…

Engagez-vous et ne faites pas faire à la France un bond en arrière de 30 ans !

 

Contact presse : Nathalie Mestre, Présidente, 06 74 93 24 56 / Amantine Revol, Vice-Présidente, 06 13 54 33 86

 

CP – EAC – UN SYMBOLE FORT MAIS …. INCOMPLET : ENFANTS DE LA RÉPUBLIQUE EN ATTENTE…

UN SYMBOLE FORT MAIS …. INCOMPLET

ENFANTS DE LA RÉPUBLIQUE EN ATTENTE…

Paris, le 7 novembre 2013

Communiqué de presse

UN SYMBOLE FORT MAIS …. INCOMPLET

ENFANTS DE LA RÉPUBLIQUE EN ATTENTE…

S’il est indéniable que l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe est une avancée et un symbole fort pour l’Egalité des droits, en revanche , pas de surprise en conseil des ministres ce matin. Les enfants restent les grands oubliés du projet de loi « mariage-adoption ouvert à tous les couples »!

 

A vous Mesdames et Messieurs les ministres, à vous Mesdames et Messieurs les députés et sénateurs dont le mutisme, pour un  trop grand nombre d’entre vous, est d’une éloquence sans nom, d’expliquer aux enfants :

Que, en matière d’adoption,

– le temps que le juge se décide à accorder cette adoption, ils ne seront pas protégés par tous leurs parents,

– que le juge ne l’accordera peut être pas,

et qu’en conséquence ,

– ils seront orphelins si leur parent légal décède,

– ils ne reverront peut-être jamais une de leur maman si leurs parents se séparent,

– un de leur papa n’a pas le droit de prendre de décision pour eux en cas d’hospitalisation,

– leurs parents séparés devront faire un mariage blanc, avant d’entamer une procédure d’adoption pour les protéger,

– ils peuvent être séparés de leurs frères et sœurs en cas de décès ou de conflits de leurs parents,

– un de leur parent n’a pas le devoir d’être à leurs côtés lorsqu’ils sont malades,

– des agents de police ouvrent les placards de leur chambre lors de l’enquête durant la procédure d’adoption,…

 

A vous Mesdames et Messieurs les ministres, à vous Mesdames et Messieurs les députés et sénateurs, d’expliquer aux enfants :

Que, en matière de Procréation Médicale Assistée,

– leur existence tient à la vision égalitaire des sociétés belge, espagnole ou néerlandaise,

– leur existence n’aurait pas été permise par leur propre pays,

et qu’en conséquence :

– leurs mères continuent de partir clandestinement à l’étranger,

– leurs mères continuent de prendre des risques avec leur santé,

– leurs mères continuent de s’épuiser dans des procédures longues et coûteuses,

– leurs mères continuent de souffrir du rejet infligé par leur pays, de l’injustice et de  la discrimination,

 

Mesdames et Messieurs les ministres, aujourd’hui, nous vous demandons d’expliquer à nos enfants, au nom de quel principe républicain leurs parents n’ont pas le devoir, dès leur naissance, de les « protéger dans [leur] sécurité, [leur] santé et [leur] moralité, pour assurer [leur] éducation et permettre [leur] développement, dans le respect dû à [leur] personne[1] ».`

 

Et nous vous demandons de leur expliquer en quoi le refus d’inclure la Procréation Médicalement Assistée dans le texte, laisse sous-entendre que le désir de leurs parents de fonder une famille par ce biais serait illégitime.

 

Nous, Les Enfants d’Arc En Ciel – L’Asso ! en appelons donc au courage politique et à la raison des parlementaires.

Il est de votre devoir, Mesdames et Messieurs, de protéger tous les enfants de la République, sans exception !

 

Il est de votre devoir et dans l’intérêt des enfants, que tous les parents soient reconnus comme tels auprès de leurs enfants et qu’un lien de filiation soit établi entre eux par l’effet de la loi (présomption de parenté dans le cadre du mariage) et reconnaissance volontaire (hors mariage) ! Il est de votre devoir d’autoriser les couples de femmes à accéder en toute égalité et sécurité à l’Aide Médicale à la Procréation dans leur pays.

 


[1] Article 371-1 du code civil définissant l’Autorité Parentale et l’ensemble des droits et devoirs des parents ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant.

 

Homoparentalité : les enfants d’abord ?

Homoparentalité : les enfants d’abord ?


COMMUNIQUE DE PRESSE
Paris, le 2 octobre 2012

Homoparentalité : les enfants d’abord ?

 

Najat Vallaud Belkacem a annoncé vendredi dernier que le premier mariage d’un couple de même sexe serait célébré à Montpellier après la promulgation de la loi. Une belle avancée certes… Un joli symbole… Une coquille vide aussi…

Car nos enfants resteront sur le banc de touche… leurs parents aussi …


Dans quelques jours, le Premier Ministre sera amené à arbitrer sur le contenu du projet de loi « mariage pour tous et adoption ». Les familles homoparentales seront-elles protégées ?

 

Quand l’adoption ne protège pas suffisamment : et si vous pensiez aux enfants ?

Enfants d’homos : que vos parents fassent profil bas !

Annoncera-t-on en 2015, à coup de rabattage médiatique, le premier enfant adopté par sa propre mère, après deux ans de procédures – deux ans à prouver, démontrer, argumenter auprès du Tribunal de Grande Instance que les mamans de cet enfant l’ont désiré ensemble et qu’elles souhaitent le protéger ensemble ? Justifierez-vous, Messieurs les Magistrats, les enquêtes qui fouillent dans les frigos et placards, humilient les parents qui ont traversé les frontières durant des années parce qu’en France la Procréation Médicalement Assistée n’est pas possible pour un couple de femmes ?

Annoncera-t-on les noces de ces papas séparés qui n’auront pas d’autre solution que d’effectuer un mariage blanc pour légitimer les liens avec leur enfant ?

Ses parents sont homos : que les accidents de la vie épargnent sa famille !

Non, aucun enfant ne mérite de vivre dans l’incertitude durant les premières années de sa vie !

Aucun enfant ne peut vivre dans la peur de devenir orphelin parce l’un de ses deux parents n’est pas reconnu par la loi dès sa naissance. Aucun enfant tombé malade ne peut supporter de voir un de ses parents refoulé aux portes de sa chambre d’hôpital parce qu’il est encore trop jeune et que son avenir dépend du TGI qui n’a pas encore statué.

Et que direz-vous à cet enfant adopté en international par l’un de ses parents : qu’il ne peut l’être par l’autre car la loi ne lui permet pas d’être adopté deux fois ?

 

Citoyens homos : surtout faites des enfants… ailleurs…

Nous l’avons compris à force de répétitions, la Procréation Médicalement Assistée n’est pas au programme du célèbre pré-projet. Mais rien n’est tranché nous dit-on…

Laissons donc les femmes, qui accèdent majoritairement à la parentalité par PMA, choisir quel traitement elles devront prendre parce que leur médecin français ne s’accorde pas avec leur médecin espagnol. Laissons-les risquer leur vie suite à une hyperstimulation parce qu’elles tardent à se faire hospitaliser suite à un traitement pris en toute illégalité. Laissons-les pratiquer des inséminations artisanales entre deux portes dans un hôtel avec un inconnu rencontré sur internet…

Avant la loi Veil, les risques, leurs grands-mères connaissaient aussi …

 

Les enfants d’Arc En ciel – L’Asso ! rappelle qu’il ne peut y avoir d’égalité entre les familles sans considération des risques qu’une loi a minima ferait courir à ces citoyens.

Il est grand temps que l’hypocrisie cesse !

Il devient urgent, pour la sécurité des enfants, que la filiation soit établie entre les enfants et leurs parents par l’effet de la loi (présomption de parenté) mais aussi par reconnaissance volontaire : les enfants doivent être protégés dès leur naissance quelle que soit la situation conjugale de leurs parents, tout comme les couples hétérosexuels.

Il devient urgent que les femmes puissent bénéficier d’une PMA en toute sécurité.

 


Contacts médias

Nathalie Mestre, présidente, 06 74 93 24 56

Amantine Revol, vice-présidente, 06 13 54 33 86

 

Restez informé(e)