OUI ! Un papa/une maman ne devra plus en cacher un-e autre

OUI ! Un papa/une maman ne devra plus en cacher un-e autre

Communiqué de presse

Paris le 17 mai 2013

OUI ! Un papa/une maman ne devra plus en cacher un-e autre

 

Aujourd’hui, vendredi 17 mai 2013, Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, le Conseil Constitutionnel a rendu un avis favorable au sujet de la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de personnes de même sexe.  Les Enfants d’Arc En Ciel – L’Asso ! ne peut que se féliciter de cette décision.

C’est un OUI à la reconnaissance de tous les couples, sans distinction, qui s’exprime ainsi. Un OUI à la Famille au sens pluriel et à la reconnaissance de sa diversité.

En ce jour, Les Enfants d’Arc en ciel – L’Asso ! pense à tous ces enfants qui marcheront vers la salle des mariages, la main dans la main de leurs parents, et avanceront ainsi vers l’égalité des droits… Les familles homoparentales vivaient dans l’angoisse des aléas de la vie, elles ont vécu ces derniers temps dans la peur, elles vivront désormais avec l’espoir d’une réelle protection juridique pour leurs enfants…

Le mariage concrétisera l’alliance de deux êtres, mais également, l’indéfectible entité familiale…

 

Aujourd’hui une étape importante est franchie. Et, pour qu’aucun parent ne puisse plus en cacher un autre, Les Enfants d’Arc En Ciel – L’Asso ! rappelle au législateur que l’Egalité des droits entre tous et toutes ne saurait cependant passer uniquement à travers le prisme du mariage et de l’adoption.

Les enfants des familles homoparentales ont besoin d’être protégés par un lien de filiation avec leurs deux parents dès leur naissance mais également hors mariage. De même, des solutions doivent être envisagées pour les enfants des familles homoparentales séparées.

La prise en compte des choix et engagements parentaux ne saurait, par ailleurs, être ignorée : toutes les femmes devraient pouvoir fonder leur famille en toute sérénité grâce à la Procréation Médicalement Assistée en France.


Un vote historique : Les droits humains n’ont pas quitté la France

Un vote historique : Les droits humains n’ont pas quitté la France

Communiqué de presse

Paris le 24 avril 2013

Un vote historique : Les droits humains n’ont pas quitté la France

Les Enfants d’Arc-en-Ciel – l’Asso ! tient à saluer l’avancée historique accomplie hier, mardi 23 avril 2013, à l’Assemblée Nationale.

L’adoption de la loi « mariage ouvert aux couples de même sexe » marque un engagement très fort d’une France des Droits Humains.

Quatorze ans après le PACS, la France rejoint enfin les 14 autres pays qui ont choisi de mettre fin à une inégalité en droit contre laquelle tant de personnes se sont battues depuis des décennies.

Une réponse à l’homophobie

Dans le contexte d’aujourd’hui, ce vote, très largement majoritaire, est la meilleure réponse à l’homophobie qui s’est étalée sans complexe ces derniers mois et à la tentative vaine de faire croire à une pensée majoritaire homophobe.

Ce vote répond à ces manifestants dits de la « manif pour tous » qui se mettent à aboyer quand ils rencontrent des manifestants en faveur de la loi.

Il répond à cet enfant de 5 ans qui s’adresse à une autre de 3 ans en lui disant « deux mamans, c’est pas bien, tes mamans on les tue ».

Il dit non à cette violence verbale et physique vue et entendue jusque sur les bancs des Assemblées : des « enfants playmobils » aux expérimentations sur les souris, des conséquences des mariages qui « vont engendrer des flux d’immigration sans précédent » aux enfants en soldes, de l’adoption contre-nature aux enfants « remèdes ».

Une France fière de ses citoyens égaux en droit

Ce vote confirme avec fierté que tous les citoyens sont égaux en droits. Il inscrit dans la loi que chacun d’entre eux a le choix de se marier ou non, de fonder une famille ou non. Il rappelle que quelle que soit la composition de leur famille, la façon dont ils sont venus au monde, tous les enfants doivent être et demeurer égaux.

Car durant ces derniers mois ce sont bien toutes les familles qui ont été insultées. L’obsession d’une filiation biologique présentée comme supérieure a également profondément blessé les familles monoparentales, adoptives et celles qui ont eu recours à la Procréation Médicalement Assistée.

 

Aujourd’hui, Les Enfants d’Arc En Ciel – L’Asso ! remercie tous ceux, militants, députés, sénateurs et ministres qui se sont engagés à nos côtés et qui ont eu la force et le courage d’effectuer ce premier pas vers l’Egalité !

Lettre Ouverte à Monsieur Hollande : De quelle liberté parlez vous ?

Lettre Ouverte à Monsieur Hollande : De quelle liberté parlez vous ?

Paris le 21 novembre 2012

Monsieur le Président,

Ce week-end, des manifestations opposées à l’Egalité se sont déroulées en France. Ont défilé ceux et celles qui, depuis des mois, tiennent des propos discriminants envers certains de vos concitoyens. Derrière des propos illusoirement et politiquement corrects, se cachent des accusations aussi affligeantes les unes que les autres.
Tout y passe : de la polygamie à l’inceste, de la zoophilie au cannibalisme, du déséquilibre psychique qui s’abattra sur tous les enfants de France[1] à l’annonce de la fin du Monde.
Votre porte-parole, Najat Vallaud-Belkacem a dénoncé ce dimanche 18 novembre, « tous les dérapages, et tous les amalgames […] entendus dans le débat ces dernières semaines ».

Ce mardi 20 novembre, vous déclarez devant le Congrès des Maires que « la loi s’applique pour tous dans le respect de la liberté de  conscience ».

De quelle liberté parlez-vous Monsieur Hollande ?

Madame Taubira déclarait le 8 novembre que les maires ne pouvaient se soustraire à la loi[2] et vous proposez aujourd’hui des possibilités de délégations ?

Non, Monsieur le Président, « toutes les croyances, toutes les sensibilités » ne peuvent pas
« être respectées »[3] :
L’égalité entre tous les couples, tous les enfants, toutes les familles ne se négocie pas !

Selon SOS Homophobie, « refuser dans les actes quotidiens, un droit, un bien, un service à une personne en raison de son homosexualité avérée ou supposée[4] » est « un acte homophobe », n’en déplaise à ceux qui tentent de vous faire croire le contraire.
Lors de votre allocution du 13 novembre, vous définissiez le Projet de Loi « Mariage pour tous et adoption » comme un « texte de liberté » et, déjà, nous nous interrogions sur la définition que vous prêtiez au terme « liberté ».
Est-ce la liberté qui ne proposera pas aux couples homosexuels d’autre choix que celui de se marier pour protéger ses enfants ?
Est-ce la liberté qui contraindra les parents aujourd’hui séparés à effectuer un « mariage blanc » ?
Est-ce la liberté qui laissera des enfants orphelins en cas d’aléa de la vie, parce que le juge aura refusé, dans leur « intérêt », leur adoption ?
Est-ce la liberté qui laissera les femmes isolées et démunies poursuivre leurs voyages à l’étranger pour accéder à la parentalité ?

Non, Monsieur le Président, vos propos et votre Projet de Loi, par ces manques, ne sont ni Egalitaires ni Fraternels, pas plus qu’ils ne respectent la Liberté de tous les citoyens de la République.
Ils ne font en réalité que renforcer et légitimer ce que certains nomment « débat », débat qui ne favorise plus que l’expression de l’homophobie.

Monsieur le Président, un peu de courage… ! L’Egalité n’a jamais fait de mal à personne ! L’ouverture du mariage et de l’adoption à tous les couples, l’accès à la parentalité par Procréation Médicalement Assistée pour les couples de femmes, l’établissement de la filiation par l’effet de la loi et la reconnaissance volontaire entre l’enfant et son parent non statuaire sont les fondements mêmes de l’Egalité.

Engagez-vous !


[1] Intervention de Pierre Levy-Soussan lors des auditions du 15 novembre à L’Assemblée Nationale.
[2] « Les maires sont élus au  suffrage universel, ils ont des compétences établies par la loi, ils célèbrent  les mariages au nom de l’Etat, ils ne peuvent pas s’y soustraire »
[3] Allocution de François Hollande le 13 novembre 2012.

CP : Au moins 55,8 % d’enfants en danger en France ! Mais que fait M. Fillon ?

Au moins 55,8 % d’enfants en danger en France !

Mais que fait M. Fillon ?

 

Jeudi 2 février 2012, notre Premier Ministre actuel, François Fillon, déclarait sur France 2 lors de l’émission « des Paroles et des Actes » :

«  L’institution du mariage a un objectif qui est celui de la sécurisation des enfants. C’est un objectif qui ne me paraît pas compatible avec les couples homosexuels »

 

De l’institution du mariage aux parents inconscients ?

Aujourd’hui 55,8%[1] des enfants naissent hors mariage, 300 000 enfants vivent dans un foyer homoparental.

Nul doute que le chiffre des enfants écartés de la sécurisation offerte par le mariage est impressionnant !

Ces parents sont-ils à ce point inconscients ?

 

Quelles solutions propose Monsieur Fillon ?

Face à cette urgence nationale quels moyens compte-t-il mettre en œuvre pour « sauver » ces enfants ? Sous quels délais ? Va-t-il interdire les divorces et les naissances hors mariage ? Va-t-il rendre obligatoire le remariage pour tous les veufs-ves et le mariage pour les célibataires ? Va-t-il pénaliser toute forme de parentalité hors mariage ? Va-t-il proposer à l’adoption les quelques milliers d’enfants concernés ?

Comment comprend-il, qu’au XXIème siècle autant d’enfants ne soient pas couverts par l’institution du mariage ?

 

Que faire des 300 000 enfants vivants en foyer homoparental ?

Quant aux 300 000 enfants vivant en foyer homoparental, qu’envisage M. Fillon ? Faut-il de toute urgence les retirer de ces foyers qu’il considère dangereux ? Faut-il sanctionner tous ces parents homosexuels ?

Sans doute s’accorde-t-il avec cet adage de l’entente parlementaire[2], selon lequel « les enfants (ont) le droit de grandir auprès d’un père et d’une mère ».

 

Un peu de sérieux …

Alors que l’homosexualité a été dépénalisée en 1982, dépsychiatrisée en 1990 et à l’heure où de plus en plus d’entreprises tentent de palier les manques de la loi[3], il est intolérable qu’un Premier Ministre puisse nier l’évolution de notre société[4] et ce qui fait famille aujourd’hui.

 

Rappelons que c’est l’absence de reconnaissance en droit de ces familles homoparentales qui place les enfants en situation d’insécurité juridique ! Rappelons que c’est la non ouverture du mariage aux couples de même sexe avec établissement de la filiation par présomption de parenté qui renforce cet état de fait !

 

Nous, les Enfants d’Arc En Ciel – L’Asso !, nous inquiétons fortement de la dérive actuelle qui conduit des personnalités à tenir des propos aussi honteux qu’abjects et nous demandons jusqu’où les objectifs électoralistes d’une droite réactionnaire seront capables de mener certains hommes et femmes politiques.

[1] Chiffres INSEE

[2] Communiqué de presse du 17 janvier 2012 EAC / APGL : «  une entente parlementaire ouvertement homophobe »

[3] Communiqué de presse Homosfère du 2 février 2012 : « l’entreprise peut toujours faire mieux que la loi », « l’accord sur l’égalité des droits des Familles Homoparentales  » initié par la CGT via le Collectif CGT de lutte contre les discriminations LGBT au travail, approuvé et signé par l’ensemble des syndicats et la direction de l’hôtel Méridien de Nice.

[4] 63% de nos concitoyens sont favorables à l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe.


Rassemblement le 8 juin 2011 devant l’Assemblée Nationale et Appel aux députés à ouvrir le mariage aux couples de même sexe

Vote à l’Assemblée Nationale :
Appel aux députés à ouvrir le mariage aux couples de même sexe

COMMUNIQUE DE PRESSE
Le lundi 13 juin 2011
Rassemblement devant l’Assemblée Nationale le 08 juin 2011

Le 25 mai 2011 était examinée la proposition de loi déposée par le groupe SRC visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe en vue d’une discussion en séance publique le jeudi 9 juin 2011.

Certains députés, s’opposant à cette ouverture, ont pu faire preuve d’étonnants commentaires, feignant d’ignorer les différences de droits et devoirs entre le mariage et le pacs, notamment en terme de succession, de pensions de réversion, de soins médicaux et de liberté de circulation.

Le 9 juin 2011 était donc, pour la première fois, inscrit en séance un débat sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.

Alors que le texte, à l’instar de sept autres pays européens, vise à établir l’égalité des droits et d’engager l’Etat dans une véritable lutte contre les discriminations, la teneur des propos de certains députés ne peut qu’interroger.

On y parle de « mariage homosexuel » alors qu’il s’agit simplement d’étendre à tous les couples le droit au mariage sans distinction d’orientation sexuelle et sans affaiblir les droits des couples hétérosexuels.

Nous y apprenons, d’après les opposants à cette ouverture, que la question du mariage est très étroitement liée à la procréation.

Comment expliquer que 56 % des enfants naissent hors mariage ? Comment expliquer que les couples stériles puissent se marier ?

Sur ce dernier point il est vrai que la loi prévoit l’aide de la procréation médicalement assistée. Et nous l’avons constaté le 25 mai : les députés ont pu réaffirmer qu’ils ne souhaitaient pas que cela soit ouvert aux couples de femmes bien que  le caractère pathologique de la stérilité ne soit pas toujours prouvé pour les couples hétérosexuels.

Il semblerait donc que ce qui effraie certains de nos députés ne soit finalement pas le mariage en lui-même mais plutôt l’existence de nouvelles formes de familles.

Lors du débat nous entendons également que « l’homosexualité (…) ne peut devenir une norme parmi d’autres [1]». Mais qu’est-ce qu’une norme si elle ne peut évoluer en corrélation avec notre société ? « Les normes sociales sont à inventer, non à observer[2] ».

A l’évidence, l’histoire nous montre que les normes qu’elles soient juridiques ou sociales ont évolué depuis l’Ancien Régime. Nul besoin de remonter dans le temps pour le prouver. Une société dont les normes n’évoluent pas prend le risque de se scléroser.

Nous apprenons également que « la reconnaissance légale du mariage homosexuel bouleverserait à l’évidence dangereusement les structures fondamentales de notre société[3] ».

C’est ignorer la réalité déjà existante des couples de même sexe prévue par la charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne. L’article 9 n’exclut, en effet, pas cette question[4]. Au législateur de se positionner !

Nous nous demandons sérieusement dans quelle société vivent certains de nos députés pour nier à ce point la réalité de son évolution et les demandes de ses citoyens. Sommes-nous au XXIème siècle ?

Nous, les Enfants d’Arc en Ciel – l’asso !, appelons tous les députés à prendre leurs responsabilités et à mettre fin aux discriminations juridiques et ainsi à adopter le projet de loi déposé par le groupe SRC.


[1] Claude Bodin.

[2] Georges Canguilhem, Le normal et le pathologique, Paris, PUF, Quadridge, 1994.

[3] Claude Bodin.

[4] « Le droit de se marier et le droit de fonder une famille sont garantis selon les lois nationales qui en régissent l’exercice ».

Recherchez une action par région